LE COMPOST? NATURELLEMENT NOUS LE FAISONS NOUS-MÊMES!

COMPOSTER 310, COMPOSTER 660 ET COMPOSTER MODULAIRE 400-600

Tous les déchets organiques contiennent des substances précieuses qui doivent retourner à la nature parce que la terre en a besoin pour d’autres plantes, d’autres fleurs et d’autres fruits. Donc, ne les jetons pas mais réutilisons-les correctement avec le Composter 310, le Composter 660 ou le Composter modulaire 400-600!

Le Composter a pris modèle sur la nature et l’aide: c’est un conteneur simple, que nous pouvons tous utiliser, dans lequel sont créées et maintenues les conditions idéales pour que la décomposition - qui est un processus entièrement naturel - puisse s’accomplir rapidement, à l’abri des agents atmosphériques et climatiques négatifs.

Suivant les saisons, quelques mois sont nécessaires pour “compléter un cycle” et obtenir le compost. Il est facile de distinguer le compost “mûr” de celui qui n’est pas encore prêt; le compost mûr a l’aspect d’un terreau foncé, mou et léger, mousseux, avec l’odeur classique de “sous-bois”: il s’agit d’un engrais précieux, riche en substances nutritives, complètement naturel, produit seulement avec les déchets que nous avons soigneusement sélectionnés. Il est facile à faire et peut être utilisé en toute sécurité parce que c’est le compost que nous avons fait nous-mêmes.

LES RÈGLES D’OR POUR FAIRE UN EXCELLENT COMPOST

La température
L’activité des décomposeurs durant le processus de compostage produit de la chaleur en augmentant la température du tas. Normalement, dans la première phase, la température au centre du tas oscille entre 45° et 55°C, la valeur idéale pour que les décomposeurs puissent travailler; ensuite, il y a une phase intermédiaire et une phase finale durant lesquelles la température diminue progressivement jusqu’à arriver à la température ambiante.

L’humidité qui convient
L’eau, comme l’air, est indispensable pour l’activité des micro-organismes qui produisent le compost et devra être présente dans le tas dans un pourcentage correct. En effet, si le tas est trop sec, la décomposition microbienne ralentit considérablement; pour la faire repartir, il faudra arroser et retourner le tas avec l’aérateur fourni pour cet usage. Vice versa, si le tas est trop mouillé, il n’y a pas assez d’oxygène et la décomposition se transformera en pourriture (réaction anaérobie). Dans ce cas, le tas devra être retourné en ajoutant du matériau sec, comme par exemple des copeaux de bois, des feuilles sèches ou des petits bouts de carton. Il faut absolument trouver le bon équilibre entre les déchets riches en eau et les déchets secs en introduisant par conséquent dans le récipient les quantités qui rendent le tas humide mais pas mouillé. Pour vérifier l’humidité qui convient, on peut faire le test du “poing”: prendre dans la main un peu de matériau et serrer le poing, s’il garde la forme et qu’aucune goutte d’eau ne sort, l’humidité est correcte, si au contraire il s’émiette, cela signifie qu’il est trop sec.

L’oxygène indispensable
Le compost “est vivant” et il a donc besoin d’air: dans un tas compact, il n’y a pas d’oxygénation et les micro-organismes décomposeurs ne peuvent pas vivre ni se nourrir. Dans le Composter, l’air entre par les fentes et traverse le tas: il est donc indispensable que le tas à l’intérieur ne soit pas compact (attention à l’excès d’humidité!) mais mou et structuré: cela s’obtient en ajoutant des matériaux grossiers tels que branchages, copeaux, feuilles, paille, etc. Il est bon de retourner ou de remuer périodiquement le tas, à l’aide de l’aérateur fourni pour cet usage, pour favoriser l’aération. Le manque d’aération provoque la formation de composés malodorants facilement éliminables en suivant les conseils ci-après.

Le carbone et l’azote
Le rapport C/N (carbone/azote) est un élément important pour le processus de compostage. Les matières riches en carbone sont des sources d’énergie pour la vie des micro-organismes, tandis que l’azote est indispensable pour leur croissance et leur multiplication. Le juste équilibre de C/N favorise la décomposition rapide: si le tas comprend surtout des déchets riches en carbone comme les feuilles, les branchages, la sciure, etc., le processus a une évolution très lente à cause du peu d’azote disponible; ce problème est résolu en ajoutant des déchets alimentaires.
Au contraire, un excès de déchets de cuisine, riches en azote, libère un excès d’ammoniac en provoquant de mauvaises odeurs; dans ce cas, il suffit d’ajouter des branchages réduits en petits morceaux, des feuilles, des bouts de carton, etc., et de remélanger le tout pour favoriser l’oxygénation. Dans le tableau, nous donnons quelques données moyennes relatives au rapport carbone/azote des déchets organiques compostables. La composition des matières et donc la proportion correcte peuvent être calculées en utilisant les données du tableau et la proportion suivante. Pour un bon résultat, le C/N moyen doit être d’environ 25 max.

COMPOSTER

ACCESSOIRES POUR LE COMPOSTAGE